Back to top

Présentation

Objectifs

Notre Master (deuxième année) est une formation d’un an (2 semestres) de niveau Bac +5.
Comme son intitulé l’indique, il poursuit deux objectifs professionnels étroitement associés. En offrant des compétences professionnelles dans les différents domaines de la culture, il vise à fournir les outils nécessaires au développement de projets culturels et à l’étude de leur impact.

  • D’une part, ce Master prépare les étudiants à la conduite de projets culturels promis à un retentissement public, qu’ils émanent de la puissance publique ou de l’initiative privée, qu’ils revêtent un caractère territorial, national ou international.
    Dans cette optique, la formation complète les savoirs disciplinaires relevant de la sociologie, mais aussi d’autres matières indispensables à la compréhension du fait culturel, et elle apporte les techniques utiles à l’étude des besoins, au montage des dossiers, à la sollicitation des partenaires, à l’organisation des activités et à l’évaluation des résultats. Un cas pratique en autonomie occupera les élèves : le festival des marmites artistiques, pérennisé depuis 12 ans via l’association Hypothemuse (site…)
  • D’autre part, cette formation insiste sur la connaissance des publics, au service desquels elle mobilise l’ensemble des connaissances et techniques d’une sociologie de terrain. A travers des enseignements méthodologiques que sont une enquête collective et un stage individuel, elle combine les analyses quantitatives et qualitatives de l’audience des manifestations artistiques ou de la fréquentation des établissements culturels, pour en tirer des conclusions pratiques en termes de médiation et de communication. Chaque année, l’apprentissage de ces techniques s’effectue sur un cas réel, en situation professionnelle.

Historique

Le Master « Conduite de projets culturels – connaissance des publics » anciennement DESS « Consultant culturel » a été créé en 1992 par Robert Abirached (ancien Directeur des théâtres au Ministère de la Culture et ancien professeur à l’Université de Paris X) avec l’appui d’Emmanuel Wallon, (spécialiste des politiques publiques de la culture). Le DESS est alors animé par Anne-Marie Green, spécialiste de la sociologie de la musique.

A l’origine, cette formation se donne pour but de former de futurs professionnels pour les cabinets de consultants, alors en plein essor.

De 1996 à 2005, la direction du DESS est reprise par Martine Segalen, ethnologue spécialiste des questions du patrimoine et de parenté. Elle est assistée par Antigone Mouchtouris, maître de conférences associée à l’université de Paris X et spécialiste de la sociologie des enquêtes auprès du public.

De 2001 à 2002, Martine Segalen dirige le DESS avec Agnès Chauveau, spécialisée dans le domaine des médias et de la culture et chargée de mission à la Bibliothèque Nationale de France, puis seule de 2002 à 2004. En 2002, l’équipe pédagogique se renforce du soutien de Sophie Krikorian, spécialiste du multimédia culturel et professeur associé à l’université de Paris X et de Gabriel Segré, spécialiste de la sociologie de la culture et des enquêtes et maître de conférences à l’université Paris X. Ce dernier codirige avec Martine Segalen le DESS devenu master, à partir de 2004. En 2010, David Lepoutre, Professeur des Universités et spécialiste de la jeunesse et des institutions, remplace Martine Segalen, partie un an auparavant. Il codirige depuis la formation avec Gabriel Segré.

Dans le cadre de la réforme LMD, le diplôme est rebaptisé à partir de la rentrée 2005 Master 2 professionnel « Conduite de projets culturels – connaissance des publics ». Cet intitulé rend mieux compte du contenu de l’enseignement et de la spécificité du diplôme, par rapport aux autres formes de même type. La connaissance des publics apparaît aujourd’hui un enjeu majeur pour toutes les institutions culturelles.

Cette formation a également été l’occasion d’adapter la durée de notre formation, qui désormais, s’établira sur une année et qui sera organisée comme s’en suit: les cours auront lieu d’octobre à mai pour laisser place à un stage de trois mois minimum, qui entraînera lui-même, un rapport de stage à rendre au mois de septembre.