Back to top

La Manufacture CDCN : l’empreinte de la danse contemporaine à Bordeaux

Première rencontre de notre périple bordelais, Stephan Lauret, le directeur de La Manufacture CDCN nous a chaleureusement ouvert les portes du lieu en cette fraiche matinée du jeudi 9 novembre 2017. Il nous éclaire sur le projet qui a récemment pris vie entre ces murs.

crédit photo : Rémy Picherit

Les pieds foulent une cour gravillonnée. Le regard accroche une table de pique-nique en bois et des éclats de verdure, ça et là. Pour enfin s’attarder sur un long bâtiment aux murs en crépi, habillés d’une peinture bleu et blanche d’un autre temps. Rien ne laisse deviner la présence de spectacle vivant. C’est pourtant ici que siège depuis peu La Manufacture CDCN, l’un des douze CDCN (Centre de Développement Chorégraphique National) de France, implanté en périphérie de Bordeaux. Stephan Lauret, son directeur, nous y accueille.  Par une porte de garage, il nous convie dans un espace ouvert et hybride, faisant à la fois office de café, coin salon et studio de répétition.

 

D’une fabrique de chaussures à une fabrique d’art

“La Manufacture de Chaussures” (la façade côté rue arbore encore fièrement son nom d’antan) a été investi, en 1997, par les metteurs en scène Eric Chevance, Jean-Luc Terrade et Gilbert Tiberghien. Ils y créent le TNT, théâtre et lieu pluridisciplinaire. Eric Chevance le dirige jusqu’en 2012 avant de passer le relais à Frédéric Maragnani. À la tête de La Manufacture Atlantique, celui-ci y développe un projet qui soutient la jeune création théâtrale contemporaine et accompagne les artistes sur le territoire. Il quitte ses fonctions en janvier 2017. Depuis le mois de juin dernier, le site accueille La Manufacture CDCN, issue du rapprochement de deux structures : le Cuvier CDCN, précédemment basé à Artigues-près-Bordeaux, et La Manufacture Atlantique.

 

crédit photo : Rémy Picherit

 

Du Cuvier à La Manufacture CDCN : un contexte “houleux”

La fusion de ces deux structures marque le renouveau d’un projet qui a été le cœur d’un conflit engagé entre la municipalité d’Artigues-près-Bordeaux et le Cuvier CDCN.

L’aventure Le Cuvier cristallise les problématiques liées au financement de la culture en France. Elle est symptomatique du rapport de force inégalitaire qu’entraîne une trop grande dépendance des structures culturelles à leurs tutelles.

En dépit de l’évolution du projet du Cuvier en un CDCN en 2007, celui-ci est soutenu mais mal perçu par la municipalité d’Artigues-près-Bordeaux. « Trop élitiste » ; « pas assez pluridisciplinaire »… Les critiques émanant de la Mairie fusent et la tentation d’une intrusion dans le projet se fait clairement ressentir. Face à cela, Stephan Lauret et son équipe opposent résistance et tentent de garder leur indépendance.

Mais en 2016, la Mairie décide de se dégager du projet de manière unilatérale et lui retire ainsi sa subvention (soit plus d’un quart du budget total de la structure). Pour finir, la Mairie d’Artigues-près-Bordeaux reprend la gestion du bâtiment dévolu au CDCN.

De cette mésaventure, Stephan Lauret aura retenu l’importance de construire des partenariats de confiance avec un réel soutien, non seulement financier mais également politique et humain. En quête de nouveaux partenaires, le directeur du Cuvier trouve une oreille attentive en la personne du Maire de Bordeaux. Rapidement, il est question de délocaliser le projet Le Cuvier CDCN à la Manufacture.

Suite aux difficultés de gestion rencontrées par la compagnie administratrice de la Manufacture Atlantique et au départ de Frédéric Maragnani à sa direction, le contexte était favorable à l’idée d’une fusion des deux structures. De cette fusion administrative jaillit une nouvelle équipe pour administrer le lieu avec à la fois des anciens du Cuvier CDCN et d’autres de la Manufacture Atlantique.

La saison 2017-2018 est le reflet de cette transition. L’équipe du Cuvier a emménagé en juin 2017 et Stephan Lauret n’a pris ses fonctions officielles qu’en novembre qui a suivi. La saison a donc débuté avec la programmation de l’ancien directeur Frédéric Maragnani. En janvier 2018, c’est la nouvelle équipe de la Manufacture CDCN qui prend le relai de la programmation.

 

Un projet artistique pluridisciplinaire

Labellisée CDCN, La Manufacture CDCN porte une attention particulière au développement de la création chorégraphique. La structure souhaite offrir une photographie de la scène nationale de la danse contemporaine. Une discipline encore à la marge, comme le révèle son traitement à Bordeaux : « la place qui lui est accordée y est minime ; elle est aujourd’hui reléguée dans une friche », regrette Stephan Lauret.

Si le lieu fait la part belle à la danse, il se veut également pluridisciplinaire, à la croisée de plusieurs genres : musique, théâtre… Des artistes de tous horizons y seront programmés, accueillis en résidence et accompagnés. Cette carte de la diversité s’explique en partie par le rapprochement du Cuvier CDCN avec La Manufacture Atlantique, davantage tournée vers la création théâtrale : « nous avons veillé à respecter les choix et attentes artistiques qui étaient déjà en place », souligne Stephan Lauret. La fusion n’est donc pas qu’administrative. La nouvelle programmation du lieu, fruit de discussions et consensus entre les membres des deux entités, sera à l’affiche dès janvier 2018.

Autre volonté : proposer un projet ancré sur le territoire, à l’échelle de la région Nouvelle-Aquitaine notamment. La Manufacture CDCN compte développer les partenariats avec des acteurs locaux (du champ culturel, scolaire…) et consolider les liens avec des lieux et projets engagés dans la valorisation chorégraphique. À l’image du CCN (Centre Chorégraphique National) de La Rochelle ou des Éclats Chorégraphiques, biennale de danse en Nouvelle-Aquitaine.

 

Créer la rencontre

crédit photo : Rémy Picherit

 

Ce désir d’ancrage territorial est étroitement lié à la politique de médiation et d’accompagnement des publics, partie intégrante du cahier des charges d’un CDCN. Tout le défi, aux yeux de Stephan Lauret, est de créer la rencontre entre l’œuvre, l’artiste et le public. Et ce par le biais de la pratique, de la confrontation à l’œuvre et d’une réflexion autour des contenus. Une mission d’autant plus essentielle dans le champ de la danse contemporaine. Car pour beaucoup celle-ci nécessite de « savoir recevoir cette forme », rapporte le directeur. Lui-même lutte contre cette vision, remarquant que le propre d’une œuvre vivante est bien « d’évoluer d’une représentation à une autre, tel un instantané ». Il n’y aurait donc pas une réception légitime mais bien des réceptions. Dans son projet artistique, le directeur met un point d’honneur à concevoir des ateliers de rencontre entre les artistes et les publics, formant un parcours spectateur.

Tous les publics sont visés par les actions de médiation : amateurs, professionnels, enfants et adultes en ciblant tous les milieux sociaux, pas uniquement les quartiers prioritaires. L’objectif étant de pouvoir mêler ces publics, à l’occasion d’ateliers et de spectacles. La stratégie de billetterie suit elle aussi cette ambition de mixité : le CDCN privilégie ainsi les pass multi-spectacles aux abonnements, freins au « métissage » des publics selon son directeur. La démarche qualitative prime sur le simple remplissage de salle, Stephan Lauret n’hésitant pas à réduire la jauge afin de favoriser la connexion artiste-public. La salle de la nouvelle Manufacture CDCN compte 260 places : des conditions plutôt favorables pour créer cette proximité chère à son directeur. À noter enfin que la fusion de deux structures culturelles n’est pas sans défi en matière de publics : ou comment maintenir celui de La Manufacture Atlantique tout en amenant celui du Cuvier.

Parions que la rénovation de La Manufacture CDCN, prévue en 2018, sera un levier d’attractivité des publics. Car un lieu qui s’éveille à 11°C le matin et s’endort à 19°C (un soir de novembre) n’est en effet pas des plus chaleureux...

 

Informations pratiques :

La Manufacture CDCN

226 boulevard Albert 1er, Bordeaux

Tél : 05.57.54.10.40

Site internet : http://www.lamanufacture-cdcn.org/

 

 

Géraldine Bouvry et Tiziana Younsi

Voir aussi

2017
BORDEAUX

Du 9 au 11 novembre 2017, la promotion a mis le cap vers l'Atlantique. Destination Bordeaux, pour trois jours d'ivresse culturelle à la rencontre de lieux (musées, SMAC, théâtre, CDCN, friches, mairie...) et d'acteurs locaux. Retours sur cette escapade dépaysante.