Back to top

La Laiterie : Salle de concert indépendante et lieu de vie strasbourgeois

Au cours de notre voyage d’étude à Strasbourg, le vendredi 15 novembre, nous avons rencontré Thierry Danet, co-fondateur et directeur de la laiterie Artefact PLN, une salle de concerts de musiques actuelles située à l’ouest de Strasbourg, dans le quartier de la gare, 7 rue du Hohwald.

Petit retour en arrière:

Avant d’être une salle de concert, ce bâtiment industriel était, comme son nom l’indique, une laiterie qui pasteurisait le lait de 1951 à 1979.

La victoire du parti socialiste avec Catherine Trautmann aux élections municipales de 1989 va jouer un rôle majeur dans l’évolution de la place de la culture dans la ville. De nombreux appels à projets vont être lancés par la municipalité, dont celui de la laiterie. Le site est racheté par la ville de Strasbourg qui l’envisage dans un premier temps comme une friche.

En 1998, la municipalité lance un appel  d’offre pour faire de la laiterie une salle de concert. Thierry Danet, Nathalie Fritz, Patrick Scheider et Christian Wallior répondent à cet appel et sont sélectionnésen Aout 1994. Leur projet était, selon Thierry Danet, le seul à s’inscrire dans le  cahier des charges imposé par la municipalité, concernant notamment deux points fondamentaux :

D’une part, le lieu devait fonctionner sans soutien financier de la commune. Par ailleurs, ils devaient s’engager à limiter au maximum toutes nuisances (sonores, drogue, violence, dégradations).

La laiterie ouvre  ainsi ses portes au public  le 25 octobre 1998. Elle est gérée par deux associations,« Artefact PRL »pour la gestion du site et la programmation et « Quatre 4.0 » pour la gestion du festival des artefacts et l’Oosphère. L’objectif principal de ce projet culturel était, comme le souligne Thierry Danet,de « redonner envie aux publics de retourner dans des salles de concerts », celles-ci  étant inexistantes à  Strasbourg  dans les années 80,et « faire un lieu dans la ville ».

Aujourd’hui, comme à ses débuts, le site de la laiterie appartient à la municipalité et est financéegrâce à ses recettes propres à hauteur de 75% (billetterie, Bar, et mécénats).La ville, la  DRAC et la région Grand-Est financent conjointement 25% de son fonctionnement.

La Laiterie : Un lieu indépendant qui « s’est construit tout seul »

La laiterie c’est entre 150 et 200 concerts et événements par an, rassemblant entre 70 000 et 100 000 participants devant plus de 500 artistes ou formations artistiques. Thierry Danet n’est pas peu fier de ce qu’est devenu cette petite salle miteuse du quartier Ouest de Strasbourg. Lors de notre rencontre, il nous a raconté comment ils ont remporté l’appel à projet et comment ils ont du se débrouiller presque seuls pour pouvoir ouvrir le lieu et accueillir leur premier concert. Ce n’est qu’après avoir récupéré les clefs du bâtiment qu’ils ont pris conscience de l’aventure dans laquelle ils mettaient les pieds. T. Danet nous expliquait qu’au tout début aucun d’eux n’avait de compétence spéciale dans le domaine culturel ou événementiel et que, par conséquent,ils ont du tout apprendre sur le tas.

De 200 participants à une salle comble, la laiterie s’est développé petit à petit pendant plus de 20 ans en invitant des artistes émergeants mais aussi des talents confirmés et artistes de références dans le domaine des musiques actuelles tel que OxmoPuccino, Philippe Katerine ou encore les Wampas. La laiterie est aujourd’hui une salle référence à Strasbourg mais aussi dans l’ensemble du milieu des musiques actuelles en France.

Les objectifs et nouveaux enjeux

Actuellement, la capacité de la  laiterie est fixée à 870 personnes, elle n’était que de 500 à ses débuts. Elle a été calculée à partir de l’architecture du bâtiment, de son agencement et des conditions de sécurité pour l’accueil du public. En comparaison, les SMAC (Scène de Musiques Actuelles) ont une jauge comprise entre 1300 et 1500 places. Bien que la jauge de la laiterie  ait été augmentée, les 870  places restentinsuffisantes selon Thierry Danet. D’une part, celle-cine permet  pas d’amortir le cout de l’organisation de concerts et, par effet boule de neige, cela impacte directement le prix de vente des billets. D’autrepart,elle ne permet pas de satisfaire la demande du public, les concerts affichant souvent « complet », du fait du manque de places disponibles. Notons par ailleurs que la situation n’est pas totalement satisfaisante financièrement pour les artistes. La laiterie compense cela par des relations à long terme avec ces artistes, ce qui leur assure des prestations plus nombreuses. Ainsi un des objectifs futurs concernant la laiterie est d’augmenter cette jauge au niveau de celle des SMAC.

Le second enjeu majeur, selon le directeur, est de rénover la salle pour un meilleur accueil du public. La laiterie fête en effet cette année ses 25 ans d’existence. Cette salle de concerts date de la mêmeépoque et n’a pas été rénovée depuis. Ce lieu présente ainsi  certains problèmes de vétusté, en partie liés à la rapidité à laquelle la salle de concert  a été construite à l’époque. Cela s’inscrivait dans un temps électoral, et il fallait « faire vite ». Par ailleurs, notons que les normes de sécurité et les matériaux ont évolué en 25 ans, notamment en ce qui concerne la sécurité.

Lien vers le site : https://www.artefact.org/la-laiterie/programmation

 

Adelaide Tabuteau & Thomas zanovello

Voir aussi

2019
Strasbourg

Du 14 au 16 novembre 2019, à l'est toute avec la découverte de Strasbourg et de sa riche vie culturelle. Entre deux tartes flambées, la promotion y a fait la rencontre d'acteurs culturels variés (CDCN  Pole Sud, Espace Django, Musées de Strasbourg, Artefact/La laiterie, TNS, Shadok).