Back to top

La Cité du Vin

 

Crédit photo : Rémy Picherit

 

Une architecture audacieuse

Lorsqu’on arrive dans le quartier des Bassins à Flot, on ne peut manquer l’imposante structure de la Cité du Vin. Inaugurée en 2016, la Cité du Vin se présente comme une étrangeté architecturale et technique dans le paysage urbain bordelais. Sa structure circulaire métaphorise l’ondulation du vin dans le verre ou encore le cep noueux de la vigne. Cette évocation du mouvement circulaire du vin se retrouve également à l’intérieur de la Cité. Les espaces sont aménagés afin de mener le visiteur vers une expérience de déplacement continuel, de cercles et de fluidité, sans parcours défini. Les volumes sont amples, évitent les angles et invitent à la déambulation.

Au sommet de la Cité, un belvédère nous offre une vue panoramique sur Bordeaux.

 

Un contexte de visite

Le parcours permanent s'étend sur un espace de 3000 m2, dans lequel sont réparties dix-huit thématiques autour du vin pour une visite d’en moyenne 2 à 3 heures. Pour 20 euros, le visiteur accède à l’exposition, à une dégustation de vin et bénéficie d’un “compagnon de voyage”, qui s’avère être un audioguide amélioré. Automatiquement distribué, ce dispositif de médiation sous forme de smartphone permet de se connecter tout au long du parcours aux stations sonores et d’avoir accès à des informations complémentaires.

Nous avons tous trouvé regrettable le prix beaucoup trop élevé de la visite. En effet cela réduit considérablement les types de publics ciblés par la Fondation. Par ailleurs, si l’on souhaite profiter pleinement de la visite, il nous faut bien plus de 3h.

 

Un parcours libre

On peut reprocher au parcours de visite d’êtretrop libre, sans signalétiqueclaire nous indiquant où aller. On se retrouve donc très rapidement submergé par la quantité de thématiques et d’informations. Il serait alors utile que les thématiques soient plus clairement identifiées d'un espace à un autre, afin d’éviter l'errance du visiteur.

Si l’audioguide permet l’autonomie du visiteur et le choix des informations qu’il souhaite recevoir, on peut lui reprocher d’être aliénant. La majorité des visiteurs est concentrée sur son audioguide, la visite est très individualiste. De plus, à chaque atelier, il faut attendre que le visiteur précédent ait fini son écoute pour pouvoir avoir accès aux informations. Ce dispositif est très contraignant car il augmente considérablement le temps de visite et demande beaucoup de patience. La trop grande quantité de contenus audiovisuels peut vite devenir décourageante.

 

Un bilan mitigé

A notre grand regret, nous sommes sortis de la Cité du Vin sans le sentiment d’avoir enrichi notre culture du vin. En effet, hormis la partie retraçant l’histoire du vin, le parcours de visite n’est pas scénarisé, on butine d’un atelier à l’autre. Plutôt qu’une scénographie tape à l’oeil avec de nombreux dispositifs audiovisuels d’immersion, nous aurions préféré un parcours plus “intellectuel” retraçant les techniques de fabrication du vin, de la vinification à la mise en bouteille, ou encore les méthodes de dégustations. En effet, la salle “pseudo-érotique” nous a semblé sans intérêt dans un musée du vin.

 

Toutefois, si le contenu de la visite ne nous offre pas une expertise oenologique, la scénographie de la Cité du Vin est une véritable prouesse. Elle plonge le spectateur dans une expérience sensorielle inédite. Les matériaux, la lumière, les bulles dans lesquelles on glisse notre nez ou notre regard, les cloches à odeurs, les salles immersives, tout est pensé pour transmettre l’amour du vin à travers l’éveil des sens. C’est peut-être en cela que réside l’originalité de la Cité du Vin de Bordeaux.

Informations pratiques :

http://www.laciteduvin.com/fr

 

Camille Fonjallaz et Anne-Sophie Taligot

Voir aussi

2017
BORDEAUX

Du 9 au 11 novembre 2017, la promotion a mis le cap vers l'Atlantique. Destination Bordeaux, pour trois jours d'ivresse culturelle à la rencontre de lieux (musées, SMAC, théâtre, CDCN, friches, mairie...) et d'acteurs locaux. Retours sur cette escapade dépaysante.